Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Nouveautés’ Category

Trois enfants, dans une bourgade du sud, au bout d’une presqu’île perdue, entre mer, ciel et collines brûlantes. Ils vivent là, grandissent dans la lumière, au milieu d’adultes aux vies abîmées. Le désarroi où ils sont les pousse à nouer entre eux, et avec la géante de la cour de la Sardine, des liens extrêmes d’amitié et d’amour. Longtemps, ces attaches particulières leur permettent de subir sans faillir toutes les pointes douloureuses reçues de ces adultes brisés et de vivre. Puis, ils se séparent.
Vingt ans après, la géante de la cour de la Sardine meurt et cette mort les réunit à nouveau, dans ce port oublié du bout du monde. Là, autour de la géante morte, lentement l’atmosphère d’antan se recompose. Passé. Présent. Rêve. Réalité. Et la nostalgie des choses qui ne sont plus qui se glisse et se place en tout… Au hasard des retrouvailles ou des lieux, tout se fait et se défait et se refait à l’envi. Les personnages reviennent, tirés de l’ombre. Les fantômes s’évadent, s’imposent à eux. Et les trois vivent ces instants, rêvent, espèrent et redoutent tout autant de sortir enfin de ce chaos singulier de l’enfance où ils sont encore.

 

Des extraits en PDF sont téléchargeables ici (via le bouton « Lire un extrait » disponible sous le livre).

Disponible au format papier sur commande auprès de Edilivre.
Également au format numérique ebook (epub) sur les différentes plates-formes de vente (savoir Rue Du Commerce, Chapitre.com, Amazon..) ainsi que sur le site Internet d’Edilivre

Publicités

Read Full Post »

Début du siècle dernier, de part et d’autre de la Méditerranée. Puis quelque temps avant la Seconde Guerre. Une jeune femme et un jeune homme se rencontrent. À travers eux, deux familles se découvrent, deux mondes se rapprochent, deux histoires fusionnent, faites d’épisodes multiples et variés. Le destin… Le destin va pouvoir commencer son jeu particulier.
Daniel Clozel-Baysset fait revivre ces êtres avec attention et tendresse dans des pages qui sont autant de bonheurs de lecture. Mais si ses mots racontent aussi justement, c’est parce que cette jeune femme est sa mère, que ce jeune homme est son père et que cette famille, c’est la sienne. L’écriture, claire et précise, se fait souvenir doux et amer. L’enfant raconte et ses mots deviennent ceux du romancier qui transcrit l’histoire et la transmet.

Entrer dans l’univers de Daniel Clozel-Baysset, c’est s’abandonner à un souffle, tantôt ténu comme une brise, parfois brutal comme un ouragan, mais permanent et qui s’alimente de la connivence singulière que l’auteur entretient avec l’aquatique et le végétal. Le lecteur, porté par ce souffle, croise alors des personnages, qui tirent leur vérité (qu’on songe à la détresse d’ un Vincent ou à l’allégresse d’une fiancée) de la poésie frémissante de cet univers. On s’émerveille que, si loin des poncifs de la littérature réaliste, Daniel se montre si capable de saisir et d’exprimer l’authenticité d’une souffrance, d’une inquiétude, d’un rêve…
Peut-être celui qui a la faculté de sentir le monde est-il un témoin plus fiable que celui qui se contente de le voir et de l’entendre.

Henri Micaux
Les premières pages en PDF sont téléchargeables ici
Disponible sur commande auprès de Mon Petit éditeur et chez les librairies partenaires

Pour aller plus loin :
Archives de la BnF de la main de Gaston Clozel
– La critique de Plume

Read Full Post »