Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2011



« Voltaire…de la tolérance à la raison ? »
Spectacle écrit par Henri Micaux, Daniel Clozel-Baysset et Guy Shelley, mis en scène par Pierre-Marie Carlier.
Au festival de Lacoste
1er août 2011 à 20 h 30

Spectacle issu de la sélection de six textes courts, inédits, ludiques et culturels, a pour but d’entraîner le public dans le tourbillon et le fourmillement des idées éclairées représentant l’humanisme militant du XVIII° siècle, point central de la culture Française.
Ce spectacle, en costumes d’époque, est une étourdissante plongée dans les thèmes chers aux philosophes des Lumières.
L’un de ces textes, « Constance ou le bel arbre de la connaissance », extrait du recueil « Trois petites pièces pour une fête à Ferney » ( Christophe Chomant éditeur, 2008 ) a été écrit par Daniel Clozel-Baysset, joué par Melle Karine Mauran, pour le festival de Ferney-Voltaire, en 2008.
Constance se rend auprès de Voltaire pour y faire l’actrice ou tout ce que le grand homme voudra d’elle, puisqu’elle « … peut tout et plus encore… ». Mais lui, le penseur éclairé des bords du Léman, il est surtout curieux de l’entendre lui dire ce Monsieur de Lacoste dont l’invraisemblable liberté, dans les mœurs et dans les écrits, l’intéresse, le séduit et l’intrigue…

 
Au sujet du festival de Lacoste :
Programmes
La présentation de la pièce
 
Pour aller plus loin :
– La page Wikipédia de Lacoste et celle du site du Vaucluse
– Le marquis de Sade : http://www.sade-ecrivain.com/
– Voltaire : biographie, dossier Lingu@net

Publicités

Read Full Post »


Une belle petite Plume du Sud vient d’écrire la critique de mon dernier ouvrage La séquence des noces. J’accepte cette critique avec émotion, car Plume a bien lu, bien compris et bien critiqué cette « Séquence »… écrite juste après un de ces moments particuliers de l’existence qui autorisent et permettent tous les retours sur soi, ou presque tous, toutes les mises à plat, ou presque toutes…

Merci, Plume !

Daniel Clozel-Baysset nous livre ici un roman sur la mémoire. Plus que la valeur historique c’est celle du souvenir, et donc du vivant, qui prime.

On erre donc entre faits entendus, racontés, enjolivés, fantasmés, interprétés…

Pas facile de structurer ces anecdotes qui s’écrivent au fil des errances du souvenir… il faut un temps au lecteur pour comprendre le jeu des chapitres avant de finalement lire en confiance et se laisser aller à ce jeu. L’auteur s’amuse à nous faire perdre pied parfois, mais seulement pour mieux tendre une main secourable et surprenante.

[…] Pour conclure un roman riche et très travaillé, plus anecdotique que véritable saga biographique par sa forme et qui laisse plus de place au souvenir qu’à l’Histoire.

Une lecture au goût de nostalgie douce-amère, celle d’une époque révolue, qui sait se faire prenante, légère aussi, pour peu que le lecteur rende les armes et accepte de se laisser porter…

La critique complète est disponible à cette adresse

Pour aller plus loin :
-Les premières pages en PDF sont téléchargeables ici
– Disponible sur commande auprès de Mon Petit éditeur et chez les librairies partenaires
Archives de la BnF de la main de Gaston Clozel

Read Full Post »